ÉCRIRE ET PUBLIER EN LIGNE AVEC GOOGLE DRIVE


Depuis le développement des smartphones et tablettes, j’ai testé différentes possibilités de publier un texte littéraire en ligne. Simultanément, les habitudes des lecteurs-internautes ont évolué. Ceux-ci privilégient de plus en plus leur smartphone pour tout faire, et donc lire avec des appareils de taille de plus en plus grande, voisinant celui des minitablettes, par exemple les Galaxy Note, particulièrement performants. Parallèlement, les ordinateurs de bureau, et même les tablettes 10 pouces, ont vu leurs ventes diminuer tandis que les ventes de liseuses dédiées ne décollent pas vraiment. Une récente étude (publiée en 2016) fait état d'une certaine stagnation du livre électronique par rapport au livre papier, ce qui ne m'étonne pas vraiment en considération des complications tehiniques à mon avis inutiles dans lesquelles s'est enferré le livre électronique et le verrouillage réalisé par les éditeurs. Je présenterai donc ici la méthode d’écriture et d’édition qui me paraît aujourd’hui la plus simple, la plus efficace pour un auteur et la plus accessible pour un lecteur. Il est convenu qu'il s'agit ici uniquement d'œuvre littéraire comportant essentiellement du texte. La bande dessinée, le livre illustré peuvent plus difficilement s'y plier en raison du poids et du format dimentionnel impliqué. Il reste, reconnaissons-le, que les écrans de smartphone, tablette ou laptops, PC de bureau sont plus fatigants que les écrans de liseuses affichant l'e-ink. Également, ils ne sont pas adaptés à une lecture au soleil. Notons que la solution d'édition par Google Drive n'est nullement incompatible avec une lecture sur liseuse, à condition que l'éditeur ne l'ait pas verrouillée intentionnellent.


CONSIDÉRATIONS PRÉALABLES

La méthode d’écriture et d’édition dépend en premier lieu des choix préalables de l’auteur. Nous proposons une stratégie de publication en ligne, mais il ne faut pas oublier qu'une stratégie papier reste actuellement en 2016 privilégiée, si l'on se réfère aux habitudes des lecteurs. Personnellement, je considère qu’un document littéraire en ligne doit aujourd'hui répondre aux critères suivants:

-gratuité. La gratuité me paraît la solution d’avenir et elle avantage les auteurs pas ou peu connus, soit l’immense majorité d’entre nous. Certains peuvent considérer qu’un auteur doit tirer bénéfice des ouvrages qu’il a écrit, c’est une opinion tout à fait respectable et légitime, mais les solutions payantes compliquent la publication et l’accès pour le public. L’idéal serait sans doute une licence globale et une répartition selon le temps d’accès pour chaque auteur.

-accessibilité au public sur n’importe quel appareil connecté en un laps de temps inférieur à 10 secondes et en 3 clics maximum (30 secondes c’est déjà trop). Surtout, aucune installation logicielle préalable ne doit être requise. La procédure est la suivante: l’internaute-lecteur écrit le titre de l’ouvrage et le nom de l’auteur dans un moteur de recherche, puis il clique sur le résultat qui lui fournit une page web où il peut lire le texte intégral. Tout autre complication doit être à mon avis évitée.

-lisibilité universelle: le texte doit être suffisamment lisible sur tout appareil connecté, du smartphone à l’ordinateur de bureau, cela toujours sans aucune installation de logiciel, ni de plug-in. La taille des caractères doit facilement pouvoir être augmentée, selon les nécessités de chacun

-téléchargement facile Le texte doit pouvoir facilement être téléchargé pour une éventuelle lecture hors connexion.

-signet: le lecteur doit pouvoir retrouver le texte où il l’a laissé

-le texte doit pouvoir être librement consulté par des lecteurs, même après le décès de l’auteur. Attention, si vous avez un contrat dans le cadre d'une édition papier classique, votre éditeur peut (selon le contrat) empêcher toute édition postérieure, papier ou électronique. En principe, si votre ouvrage est épuisé, vous récupérez le droit de l'éditer. En pratique, c'est beaucoup moins simple. Dans le cadre d'une édition électronique par un éditeur, celui-ci peut aussi décider unilatéralement, au bout d'un certain temps, de bloquer, ou simplement de rendre plus ou moins invisible, l'accès à votre ouvrage afin de mettre en valeur d'autres ouvrages de sa collection. Votre ouvrage risque de disparaître jusqu'à 70 ans après votre décès, moment où il va tomber dans le domaine public.

Naturellement, ces conditions représentent un choix personnel, mais il me paraît le plus en phase avec l’attente du public, qu’insupportent généralement les complications informatiques, et à mon sens les exigences de ce nouveau public sont justifiées.


MACHINE INFORMATIQUE ET LOGICIELS

Si vous avez déjà une machine informatique, généralement un ordinateur de bureau ou un portable, vous pouvez écrire et publier en ligne, quel que soit le système. Si votre appareil est trop ancien et que vous désiriez le changer, je ne saurais trop - dans la perspective fixée - vous conseiller d’acquérir un Chromebook ou une Chromebox. Le Chromebook est un portable de 12 à 14 pouces sous le nouveau système élaboré par Google. Cela vous coûtera environ 300 euros. Le système est mis à jour automatiquement, Sur le plan de la sécurité, vos données sont sauvegardées et surveillées jour et nuit par des spécialistes. Et votre système, vérifié à chaque utilisation, est inaccessible aux virus et malwares. La seule exigence est de contracter un compte Google, ce qui est gratuit. Vous n'avez aucune obligation d'utiliser les services Google, même pas son moteur de recherche. Aucun apprentissage n’est nécessaire pour la plupart d’entre vous sur cet appareil puisque le seul logiciel de ce système, c’est le navigateur Chrome, le plus répandu dans le monde et considéré comme le plus sécurisé.

"https://www.google.fr/intl/fr_fr/chromebook/about/

https://www.asus.com/ca-fr/Chrome-Devices/Chromebox/

En revanche, ce type d’appareil ne peut convenir pour ceux qui veulent réaliser des mises en page complexes pour documents papier, du traitement d’image approfondi, de son ou de vidéo.... Pour cela, privilégiez un Mac, solution des professionnels dans ce domaine ou un poste sous Linux, une distribution populaire comme Ubuntu ou Mint. Ces distributions, très convenables à mon avis, ne sont cependant pas parfaites et n'évitent pas les problèmes informatiques auxquelles nul mortel en ce bas-monde ne saurait échapper.

Oubliez donc vos traitements de texte lourds installés, Word, Openoffice, Lotus, Iworks... vos logiciels de mise en page: QuarkXpress, InDesign, Scribus... Proscrivez les formats doc, docx, odt, pdf, epub... et surtout bannissez cette horreur informatique qu'est le powerpoint. Pour vos présentations, préférez une page web simple, certes moins tape-à-l'œil, mais universelle et intemporelle. D'une manière générale, créez des documents simples, ils survivront certainement beaucoup mieux aux aléas de l’informatique future. Le seul format simple et universel lisible sur tous les appareils, validé par la communauté informatique, est le format html, celui de la page web que vous regardez quand vous naviguez sur internet. C’est le format spécifique à internet et forcément le meilleur pour cette fonction. Tous les autres formats de traitement de texte, logiciel de mise en page, pdf, epub sont tous plus ou moins tributaires de l’ancien format papier paginé avec sa couverture. Le format epub, notamment, permet l’intégration dans des librairies électroniques issues de l’édition traditionnelle. C’est à mon sens un format inutile pour une édition web. Quoiqu’il s'agisse de html enrichi intégré au html5, il n’est reconnu par aucun navigateur à ma connaissance. J’ai quelque doute qu’il le soit un jour car l'intérêt des grands groupes informatiques et celui des éditeurs sont opposés, du moins pour l'instant. Et surtout je doute qu’il y ait un jour convergence de rendu entre les loiciels lecteurs d'epub, quand on voit déjà les difficultés qu’a rencontrée durant de longues années la convergence entre les navigateurs pour le rendu d’une page Web ordinaire. Le résultat d’un fichier epub reste très aléatoire selon les logiciels lecteurs et les appareils. L’encapsulation qu’il réalise n’est pas nécessaire. Les navigateurs savent très bien réaliser automatiquement un téléchargement groupé de fichiers (css, images) sans recours à ce format. Quant à l'agrégation de fichiers html, elle n'a pas franchement d'intérêt pour un contenu textuel, léger par nature, et ne justifie certainement pas le recours à un format nouveau.

Comme la lecture, l’accès à l’écriture doit pouvoir se réaliser en quelques clics et doit être disponible partout sur tout appareil, quel que soit le système et sans rien installer. Naturellement, pour un confort minimum, vous devez disposer de préférence d’un ordinateur de bureau ou d’un portable de dimension suffisante. Cependant, en cas d’inspiration subite, vous devez pouvoir accéder transitoirement à votre texte sur votre smartphone ou sur une tablette ou au moins écrire des notes sur un éditeur, notes qui seront facilement transférables.


ÉCRITURE ET PUBLICATION SUR GOOGLE DRIVE

La solution que j’ai choisie est le traitement de texte en ligne Google Drive, c’est le plus utilisé, mais il en existe d’autres. Je prendrai comme exemple 2 de mes romans que je viens de publier par ce canal.

Commencez par créer un compte Google si vous n’en avez pas:

https://accounts.google.com/SignUp?hl=fr

Cette opération réalisée, allez sur www.google.com, connectez-vous (icône en haut à droite), accédez à Drive (icône en haut à droite). Donnez de préférence au fichier que vous créez le nom de votre ouvrage suivi de votre nom d’auteur. Vous pourrez le renommer sans difficulté si vous changez de titre.

Ex: La Gitane d'Auzon roman parodique Claude Fernandez

Vous trouverez toute l’aide nécessaire sur le Centre d’Aide Google et le forum associé.

https://support.google.com/drive/?hl=fr#topic=14940

Vous pouvez ainsi écrire un roman ou un essai de 400 pages environ, soit 100.000 mots environ. Le fichier généré possède un poids de 800 ko environ et se révèle facilement manipulable avec une connexion normale ADSL grâce au wiever d'Androïd par exemple. Au-delà, il est possible de scinder votre ouvrage en plusieurs tomes reliés par un lien hypertexte, ce qui ne présente pas de difficulté majeure. Vous disposez d’un correcteur orthographique d’une certaine qualité (il faut reconnaître qu’il a aussi des faiblesses). Si vous transférez sur Drive par copie-collé un texte très long depuis un traitement de texte, faites-le plutôt par petites séquences (de quelques chapitres). Les indentations peuvent disparaître, choisissez plutôt un espace après les paragraphes (dans Format)

Vous pouvez sauvegarder rapidement votre travail à partir du menu Fichier: Télécharger au format et accéder aux archives de votre texte.

La publication se réalise en un clic. Dans le menu Fichier, Publiez sur le Web. Si par la suite, vous réalisez des corrections ou des changements, ils seront impactés dans les 5 minutes. C’est un énorme avantage par rapport aux éditions fixées, papier ou informatiques, qui nécessitaient une republication plus ou moins complexe pour intégrer des modifications.

AMÉLIORATION DE LA PRÉSENTATION

Il est recommandé de choisir une taille de caractères de 14px pour le résultat final édité, notamment sur un smartphone (mais cela dépend aussi de la police). Il faut reconnaître que la présentation de l’ouvrage est assez sommaire, cependant elle possède les qualités fondamentales que nous avons énoncées. Pour un ouvrage purement, littéraire, les subtilités de mise en page ne sont pas indispensables, voire même elles peuvent être contre-productives car elle ne correspondent plus à la tendance actuelle vers la simplification.

Exemple: une page de La Gitane d’Auzon en publication brute sur smartphone Galaxy Mega

image

Néanmoins, il est possible, par quelques astuces, d'améliorer facilement cette mise en page, notamment pour le confort de lecture et les possibilités d’agrandissement.

Google Docs ne permet pas dans la version publiée d’obtenir une couleur de fond autre que le blanc (du moins, je n'ai pas réussi), ni le choix d’une marge droite plus importante. Nous allons pallier à ces inconvénients en transférant le texte dans une cellule de tableau.

-sélectionner tout le texte et mettre dans le bloc-note (ctrl-a, puis ctrl-x)
-créer une cellule de tableau à la première ligne dans le menu Tableau
-coller le texte dans la cellule créée (ctrl-v)
-revenir dans Tableau, choisir une couleur (claire de préférence), déterminer une largeur de 13, une marge droite et gauche de 1, supprimer la limite du tableau

Attendez 5 minutes et consultez le résultat par le lien d’édition sur votre smartphone. Vous devriez obtenir des lignes de 10 mots environ, longueur la plus confortable sans engendrer trop d'irrégularités sur la justification. Vous constatez qu’il reste de la marge à droite et à gauche en position paysage, ce qui vous permet d’agrandir le texte par pinch’in (action divergente des doigts directement sur l’écran).

Exemple: une page de Rêves d’hiver en format paysage avec texte dans tableau sur un Galaxy Mega

image

La même page après pinch’in (élargissement par action digitale)

image


DIFFUSION

Vous disposez d’un lien vers votre ouvrage que vous pouvez indiquer dans un site ou dans vos courriels ou encore vos cartes de visite et l’annoncer dans les réseaux sociaux.

Voilà par exemple les liens vers les 2 romans que nous avons utilisés pour notre démonstration:

La Gitane d'Auzon roman parodique

https://docs.google.com/document/d/1XoAsh7JFRc522fdKR8Hpob2K-C-hPX4NcoIkbE7-zdQ/pub

Rêves d'hiver roman intimiste

https://docs.google.com/document/d/1qcTHjaHYIlJWenBEy1K5K1-XGf_Seczqd8ybP5h62cI/pub

Les éventuels lecteurs peuvent également trouver votre ouvrage par un moteur de recherche, mais il faut attendre une période importante entre la mise en ligne et l'indexation par Google. En dernier lieu, vous pouvez suivre le nombre d’accès grâce à Google Analytics.

https://www.google.com/intl/fr_fr/analytics/


CONCLUSION

L’écriture et la publication par Drive est sans doute la plus simple qu’un auteur puisse utiliser et qu’un lecteur puisse consulter. Si vous souhaitez réaliser un site personnel plus élaboré, cela nécessitera un investissement temporel plus important. Vous pouvez en ce cas vous reporter à la partie Programmation internet de AAB:

http://www.auteurs-auvergne-bourbonnais.fr/programmation/index.html

Et si vous voulez savoir ce qu’il adviendra de vos écrits post-mortem, Google a tout prévu, jetez un coup d’œil sur la page:

http://www.obseques-infos.com/apres/effacer-donnees-numeriques

Claude FERNANDEZ

ARTICLES


CSS Valide ! Valid HTML 4.01 Transitional